art roman et bas-relief

En participant à la renaissance de la décoration sculptée dans les églises d’Europe, le bas-relief devient une forme majeure de l’art roman. À redécouvrir absolument.

« Sur les chapiteaux, les frises, les portails, les bas-reliefs s’inscrivent dans le cadre qui leurs est imparti, remplissant ainsi leur fonction essentielle, leur rôle architectonique. »

À l’image de ces bas-reliefs de l’art roman, j’aime l’idée de la sculpture dans un cadre, sur un mur, adaptée et sur mesure par rapport à l’espace.

Ces bas-reliefs illustrent bien sûr les images de la Bible, les rapport de l’Homme à Dieu et à l’au-delà, participant ainsi à l’aspect cosmique de l’art médiéval.

« Les portails indiquaient aux fidèles, d’une manière éloquente et parfois impressionnante, le seuil à franchir pour passer de l’espace profane à l’espace sacré ».

Exemple 1: ma préférée, Ève allongée au  jardin d’Eden. Musée Rolin à Autun.

bas-relief art roman,Ève au jardin d'Eden

J’aime tellement cette sculpture! Allongée au jardin d’éden, Ève semble onduler pour l’éternité, pensive et résolue, cueillant en même temps le fruit défendu… quelle femme moderne!

En terme sculptural, j’admire l’harmonie simple et le rythme des formes.

« Dans cette construction cohérente de l’espace, le sculpteur Gislebertus crée un jeu de correspondances linéaires et rythmiques, où le profil sinueux d’Eve tisse des trames précieuses avec les troncs ondulés des arbres. »

et la simplicité si efficace des plans.

« On distingue trois plans:le corps d’Eve qui s’allonge, sinueux, entre le petit arbuste au premier plan, et celui qui apparait derrière elle, devant un fond lisse. »

Exemple 2: Le sommeil des mages, musée de St Lazare, Autun.

bas-relief art roman le sommeil des mages à Autun

Un ange réveille l’un des mages du bout du doigt…Quelle harmonie magique et envoûtante de ce moment figé dans l’instant,et, en même temps, dans l’éternité du repos sculpté!

Pour finir et démontrer la modernité de l’art roman, ce baiser roman,d’un illustre inconnu du 12ème siècle: N’évoque-il pas le baiser de Brancusi?…

bas-relief art roman le baiser

Le baiser, sculpture de Brancusi,1925,Centre Pompidou Parissculpture brancusi le baiserBibliographie: l’Art médiéval, collection la grande histoire de l’Art, Flammarion;l’art roman, collection tout l’art,Thérèse Castiau, Flammarion.

art roman et bas-relief

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *